Isahit, du numérique et du jobbing pour les femmes africaines



Résumé : Afin d’aider les femmes africaines à créer leur entreprise, Isabelle Mashola a lancé une plate-forme innovante leur permettant de travailler tout en s’initiant au numérique.

Du « jobbing » socialement responsable, une illusion ? Non, et Isabelle Mashola le prouve. Cette entrepreneuse a, en effet, osé mixer jobbing (emplois ponctuels, d’appoint, dans le domaine des services) et économie sociale et solidaire, en lançant, en 2016, Isahit, une plate-forme atypique. Son concept ? Proposer du travail digital à des femmes de pays émergents pour leur permettre de réaliser un projet (créer son entreprise, continuer ses études, devenir agricultrice, etc.). La plate-forme fournit ainsi un complément de revenus pour permettre à la personne de dégager du temps pour son projet.

Après une carrière au sein de grands groupes, essentiellement à des postes de direction des systèmes d’information, c’est un véritable défi que s’est lancé Isabelle Mashola, mais l’envie de renouer avec certaines valeurs a été la plus forte.

Cette plate-forme met donc en relation des « workers » socio-économiquement défavorisés des pays d’Afrique francophones (Cameroun, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Congo et Sénégal) et des entreprises françaises cherchant à externaliser une partie de leurs activités digitales (traitement de données, gestion de contenus, analyse de données, etc). De l’emploi plus équitable en somme, s’adressant à des femmes au foyer, de jeunes étudiantes boursières ou jeunes entrepreneures des pays africains francophones. Le plus ? Outre une activité d’appoint, Isahit offre formation et insertion à ces publics. Le tout est doublé par une activité d’accompagnement de ces femmes, via une association à but non lucratif, Isahit Help. L’association met à leur disposition des outils de travail (tablette, ordinateur…), des espaces de travail, et vient également servir d’appui pour les démarches administratives, telles que l’ouverture d’un compte bancaire ou une déclaration de travailleur indépendant, par exemple.

« On aide ces femmes à être connectées au monde de demain qui est numérique en leur offrant des formations en ligne », souligne Isabelle Mashola. Aujourd’hui, plus de 150 personnes travaillent pour Isahit au Sénégal, Cameroun, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Congo et Mali. L’entreprise a pour ambition de s’implanter dans 10 pays d’Afrique francophones et anglophones courant 2017 et de rassembler 10 000 travailleurs. Une belle façon de mettre le numérique au service de l’humain !

Fiche de l’entreprise

Le conseil : s’entourer et faire jouer son réseau pour décrocher des contrats, capital dans un contexte de clientèle professionnelle.
Le chiffre : engendrer un impact social auprès de 40 000 personnes, d’ici 4 à 5 ans.
Le contact :
www.isahit.com

© Les Echos Publishing - 2017