Rentrée scolaire 2018 : les distributeurs spécialisés confirment leur percée

Les ventes d’articles de papeterie et de fournitures scolaires se sont élevées à près de 600 M€ sur les 11 semaines d’activité de la rentrée, entre le 2 juillet et le 16 septembre 2018. Elles s’inscrivent en très légère baisse de 0,2 % par rapport à la même période en 2017. Mais les Français ont, cette année, peu anticipé leurs achats avec des ventes en juillet très en retrait par rapport aux années précédentes. La Coupe du Monde de football a, en effet, réorienté les achats sur d’autres catégories de produits, notamment les téléviseurs dont les ventes ont doublé en juin, selon GfK. Les fortes chaleurs du mois de juillet ont également favorisé le décalage des achats de rentrée à la fin des vacances.

Côté produits, ce sont les surligneurs qui affichent, cette année, la plus forte croissance avec des ventes en hausse de 6,6 %, devant les rollers à +5,1 % et les cahiers d’écriture à +3,1 %. « Les surligneurs bénéficient d’un effet nouveauté combiné à l’élargissement de l’usage des produits, quand les rollers continuent de surfer sur la vague de la technologie thermosensible, en remplacement du stylo plume » analyse Antonin Albaret, consultant GfK. Les stylos-plume enregistrent ainsi un fort recul, à -9,4 %, tout comme les protège-cahiers, en repli de 10,6 %.

En termes de circuits de distribution, les réseaux spécialisés et les surfaces culturelles confirment, cette année encore, leur percée avec des ventes en hausse de 12 %. Elles représentent ainsi 23 % des ventes totales de fournitures scolaires, en progression de 2 points par rapport à l’année précédente. « Les circuits spécialisés sont davantage plébiscités par les consommateurs, car ils bénéficient de l’extension de leur parc de magasins et d’une offre élargie et attractive pour les consommateurs » commente Édouard Lefeuvre, Expert Sales-Stationery chez GfK. Les ventes en ligne sont, elles aussi, en forte croissance. Mais il n’en est pas de même pour celles réalisées par les hypermarchés et les supermarchés, en recul de 3 % cette année. Par ailleurs, les experts de l’institut notent le succès croissant des marques nationales au détriment des marques de distributeurs. Elles représentent ainsi 70 % des ventes en 2018, contre 65 % 4 ans plus tôt.

© Les Echos Publishing - 2018