Le marché de la piscine tourne au ralenti

Le marché de la piscine nous avait habitué à mieux. Dans son dernier bilan publié le 8 novembre dernier, la Fédération des professionnels de la piscine (FPP) anticipe une hausse des ventes de 3,5 % en 2018 (à fin septembre), par rapport à l’an passé. Une progression qui paraît bien pâle au regard des scores enregistrés en 2016 et 2017. Car, en 3 ans, le chiffre d’affaires du secteur avait augmenté de plus de 30 % pour dépasser les 2 milliards d’euros en 2017 (+ 11,6 % vs 2016). Ce dynamisme est à mettre en parallèle avec une « offre qui s’est adaptée aux besoins des ménages : des piscines plus petites, moins énergivores et des équipements de confort », a expliqué à l’AFP Gilles Mouchirouod, le président de la FPP. De quoi séduire de nouvelles clientèles, et élargir le marché à de nouveaux horizons, en conquérant notamment des zones plus au nord de la France. Le facteur météo a également eu son importance. Le printemps 2017 a été l’un des plus chauds jamais observés. À l’inverse, le climat particulièrement pluvieux sur la première moitié de cette année a probablement dissuadé nombre de ménages à invertir dans un bassin. Une grisaille heureusement vite oubliée à l’été. Au mois d’août, le nombre de piscines vendues a fait un bond de 14 %, rattrapant en partie le mauvais démarrage du début d’année. Malgré un parc qui a déjà atteint les 2,5 millions de piscines privées, le marché reste promis à un bel avenir. Pour 2019, le président de FPP se dit « serein sur la fin d’année et si la météo n’est pas trop défavorable début 2019, nous pourrons stabiliser notre croissance ». Un optimisme confirmé par les chiffres des commandes. 450 000 foyers ont déjà pris leur décision de s’équiper et 110 000 ont planifié une opération de rénovation pour remettre à jour leur piscine dans les 3 ans.

© Les Echos Publishing - 2018