La chute du marché de la construction de logements ralentit

Après 2 années très vigoureuses (2016 et 2017), le marché de la construction de logements est en mauvaise posture depuis le début de cette année. L’activité s’est maintenue les premiers mois, avant de nettement se dégrader à partir du 2e trimestre. Certes, la mauvaise météo du printemps a quelque peu freiné l’avancée des chantiers. Mais ces difficultés s’expliquent avant tout, d’après la Fédération Française du Bâtiment, par les mesures prises dans le cadre de la Loi de finances 2018. Dans le viseur, le recentrage du dispositif Pinel sur les zones tendues, la restructuration en cours du secteur des HLM et le rabotage du PTZ en zones B2 et C qui a particulièrement pesé sur le secteur des maisons individuelles.

Ainsi, selon les derniers chiffres publiés par le ministère de la Cohésion des territoires, 87 700 logements ont été commencés entre juin et août 2018, un volume en baisse de 1,1 % par rapport aux 3 mois précédents. Quant aux permis de construire, ils sont en recul de 2,8 % sur la même période. Si ces chiffres sont loin d’être glorieux, ils marquent néanmoins un ralentissement de la tendance baissière. En effet, 3 mois plus tôt, le nombre de logements mis en chantier était en baisse de 5,7 % et le nombre de logements commencés en recul de 5,5 %. De quoi redonner un peu d’espoir à un secteur en proie aux inquiétudes. Sur 12 mois, la tendance reste positive concernant les mises en chantier qui ressortent en hausse de 3 % à fin août. En revanche, les délivrances de permis de construire accusent un recul de 5 %.

© Les Echos Publishing - 2018